Attirer les insectes pollinisateurs

  • Cycle 2
  • |
  • Cycle 3
  • |
  • Développement durable
Télécharger cette activité Télécharger la fiche élève

Partager

Compétences et connaissances associées

  • Connaître les propriétés de certaines plantes à fleurs (anatomie, nectar, pollen).
  • Connaître le rôle des productions des fleurs (pollen, nectar).
  • Connaître les relations entre les insectes et les végétaux (nourriture, pollinisation, reproduction).

Déroulement

  • Pour la question 1, abeille, papillon et bourdon seront facilement reconnaissables par les élèves. Fournir quelques indices pour les 3 autres insectes : le bombyle a un corps velu, le moro-sphynx a un corps trapu et deux longues antennes frontales, le syrphe est une mouche aux rayures jaunes et noires.
  • Rappeler aux élèves que les insectes pollinisateurs possèdent des mandibules et pour certains une trompe qui leur permettent de prélever le pollen (grains jaunes) présent sur les étamines des fleurs ou d’aspirer le nectar (liquide sucré) contenu à la base des pétales.
  • Les questions 2 et 3 pourront d’abord faire l’objet d’une séance collective. Les élèves rédigeront sur la fiche la synthèse des éléments de réponses apportés par les uns et les autres.

Réponses attendues

1 – Dans l’ordre des illustrations : Bourdon – Abeille – Papillon – Syrphe – Moro Sphynx – Bombyle

2 – Les insectes pollinisateurs sont nombreux dans les endroits où les fleurs sont présentes car ils récoltent le pollen et le nectar dont ils se nourrissent et dont ils nourrissent leurs larves.

3 – Les insectes pollinisateurs ont un rôle essentiel au jardin : en se nourrissant, les insectes tels que les abeilles, les bourdons, les papillons… se couvrent du pollen situé sur les étamines des fleurs et le transportent vers d’autres fleurs, c’est ce que l’on appelle la pollinisation, indispensable à la reproduction des plantes à fleurs.

4 – C’est le rôle pollinisateur qui est ainsi mis en évidence. Sans le pollen provenant d’une fleur venant féconder le pistil d’une fleur de la même espèce, il n’y aurait pas de fécondation et donc pas de fruit. Sans la présence de ruches d’abeilles dans les vergers de pommiers, la pollinisation des fleurs (qui se transformeront en fruits) est moins importante car elle dépend du vent et des abeilles sauvages qui ont fait leur nid aux alentours du verger.

Pour la tomate, la fleur est auto-fertile : c’est le pollen d’une fleur qui féconde le pistil de la même fleur (les étamines sont soudées pour former un tube fermé dans lequel se trouve le pistil). C’est grâce au balancement de la fleur que le pollen tombe des étamines sur le pistil. Autrefois, les ouvriers secouaient les fleurs de tomate pour faire tomber du pollen ; aujourd’hui, ce sont les bourdons qui font vibrer les fleurs et assurent la pollinisation.

Prolongements

  • Suivre les jardinières réalisées pendant l’atelier : observation et identification des insectes qui viennent visiter les fleurs.
  • Rechercher des plantes mellifères pour le jardin d’école, les semer ou les planter.

 

Fiche élèves

Promenons-nous sur Jardinons...

Activité pour la classe

Les animaux du jardin

Pour ma classe

Semer du lin un jeu d'enfant - 1 sachet de semences de lin

A lire aussi...

Définir un projet de jardinage à l'école
LG
MD
SM